Aujourd’hui, intéressons nous à la tramontane, ce vent du sud de la France, que nous connaissons si bien à Toulouse, et qui nous cause tant de tracas tant il rafraichit notre doux climat occitan. Provenant de massifs montagneux et soufflant en direction du golfe du Lion, la tramontane est le vent du nord/nord-ouest, qui est opposé dans notre belle région au vent d’autan.

Le terme tramontane trouve son origine dans les récits de Brunetto Latini, auteur florentin de langue française, qui parle en 1265 de « tramontane de septentrion » pour désigner l’Etoile polaire (étoile du Nord). Dans les récits de Marco Polo en 1298, qui évoque la « tramontana ». 

La tramontane est un vent froid, sec et violent qui souffle depuis les reliefs pyrénéens et languedociens vers le Golfe du Lion. Elle est marquée par de puissantes rafales qui peuvent endommager les habitations ainsi que les propriétés agricoles. A ne pas confondre avec le mistral, qui est également un vent du nord mais qui s’engouffre essentiellement dans le couloir rhodanien, entre le massif central et les Alpes. 

Anecdote littéraire: à l’époque classique, le terme prend le sens de « guide » (1557). En 1636 apparaît la locution figurée « perdre la tramontane » synonyme d’être déboussolé. On retrouve par exemple cette locution dans les vers de Molière qui écrit « Le Ballet des Niations, Première Entrée, autre gascon: Je perds la tramontane ».