Dans les textes antiques, on compte 9 dieux du vent. 8 sont des frères nés de l'union d'Eos et d'Astréos. Le 9ème est Eole, maitre du vent,  et   fils de Poséidon. Leurs noms pour les plus connus sont Borée (le vent du nord et l'incarnation du vent d'hiver), Zéphyr (le vent de l'ouest et l'incarnation du printemps), Notos (le vent du sud et l'incarnation de la fin de l'été) et  Euros (le vent de l'est et l'incarnation du l'automne). En grec ancien pour qualfiier ces divinités on parle d'Anémoi. Hésiode décrit deux types de vents : les vents amicaux et les vents tempétueux, ces derniers étant les fils du monstre Typhon. La légende veut qu'Eole règne sur les vents tempétueux qu'il est chargé de contenir dans les cavernes de l'ile d'Eolia. Dans l'art, les vents sont souvent représentés sous forme de chevaux que dressent Eole. Dans le fameux tableau :Le Printemps de Botticelli, le vent est personnifié. On voit ainsi Zéphyr (un dieu aux traits humains) qui souffle sur Flore la nymphe des fleurs causant un trouble bien visible sur son visage car découvrant sa féminité. L'allégorie est ici double : le tableau figure à la fois l'arrivée du printemps sous l'effet du vent humide et chaud et la découverte de la féminité d'une jeune femme.